UA-151001126-1

Pour que nos vœux ne restent pas pieux cette année…

En début d’année, je me réjouis de recevoir des messages de vœux, et moi-même je cherche chaque année l’inspiration pour trouver les mots pour tenter de toucher positivement mes interlocuteurs. Parmi les messages que j’ai reçus, l’un d’entre eux est sorti du lot de par son non-conformisme : « je ne suis pas trop adepte des conventions sociales de masse, dont les classiques vœux de début d'année font partie. Chacun se souhaite une année pleine de réussites... qui ne se réaliseront pas forcément. Alors je vous souhaite en 2020 de belles réussites dans vos projets, et de fécondes déceptions ! Comme disait Nelson Mandela, je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends."


Cela m’inspire deux réflexions. La première idée est qu’effectivement, sachant que nous apprenons plus de nos erreurs que de nos succès, finalement, nous aurions certainement intérêt à nous souhaiter quelques défaites. De plus, si je prends mon histoire personnelle, ce sont davantage les déconvenues, les impasses, qui m’ont permis des remises en question, de mieux me connaître et de petit à petit m’orienter vers ce qui me fait vibrer. Alors vive les déceptions pour nous éloigner de notre confort, du ronron quotidien, nous amener à prendre des risques et reprendre les rênes de notre existence. Si cette approche me permet de ne pas redouter des échecs, je pense malgré tout que nous pouvons influencer nos réussites, d’une part avec ce que nous avons appris de nos erreurs et d’autre part en anticipant ce que nous aimerions voir arriver.


La deuxième idée est donc de me dire que ce qui compte, ce ne sont pas les vœux que des tierces personnes peuvent avoir pour nous ; ce qui est essentiel, c’est d’avoir un minimum de clarté sur ce que nous nous souhaitons pour nous-même. Ainsi que nous le rappelle la citation du politique américain Henry Kissinger : « Quand on ne sait pas où l’on va, tous les chemins mènent nulle part ». Pour m’aider à y voir plus clair sur la destination, j’ai utilisé l’année dernière, un outil qui m’a aidé et je suis impressionnée de voir, un an plus tard que 95% des objectifs que je m’étais fixés se sont réalisés : c’est le tableau de visualisation.


Comment réaliser son tableau ?

Vous trouverez bon nombre d’articles et tutos sur le sujet, et alors je vous en donne simplement les grandes lignes, en y ajoutant mes recommandations et mon avis sur ce pourquoi ça marche.


1/ La première étape consiste à préparer son tableau en réfléchissant à ses objectifs pour cette année (certains sont évidents car obligatoires, comme la certification de formateur en ce qui me concerne, d’autres relèvent davantage de ce qui nous tient à cœur de réaliser). C’est le moment de se poser de grandes questions telles que « qu’est-ce qui vaut vraiment la peine d’être vécu ? », « à ma mort, qu’est-ce que je souhaite avoir accompli ? ». Nous pouvons réfléchir, et surtout ressentir quelle perspective nous apporte du plaisir, que ce soit sur le plan professionnel et personnel.

Astuce : J’écris chaque objectif sur un petit « morceau de papier adhésif ».

Pourquoi ça marche : cette étape de listage, de hiérarchisation et de sélection de ses objectifs est primordiale dans un contexte où la plupart d’entre nous avons un planning très rempli, alors nous devons nous assurer que des sujets secondaires ne nous volent pas le temps de faire ce qui est important !


2/ A la deuxième étape, il s’agit de concrètement réaliser son tableau, nous devons choisir un format propice à obtenir un résultat visuel : papier (A4 ou A3), carton, toile … ou informatique.

Pour chaque objectif retenu, il s’agit de trouver une photo qui nous le rappellera assurément (par exemple, si je souhaite passer plus de temps à jouer d’un instrument, une photo de musicien avec l’instrument fera l’affaire). Après avoir trouvé des images (dans des magazines, sur des sites internet), il convient de les agencer sur le support choisi, puis d’y ajouter des légendes, des citations, des dessins, …

Exemple de tableau de visualisation

Pourquoi ça marche : Le fait d’utiliser des images et des mots permet d’utiliser à la fois notre cerveau droit et notre cerveau gauche. Cela permet à la fois de mieux se rappeler les différents éléments (une majorité d’entre nous a une mémoire visuelle) et cela permet également de développer l’imagination et la créativité, indispensables pour trouver des solutions.


3/ A la troisième étape, placez votre tableau à un endroit, où vous pouvez le voir chaque jour.

Pourquoi ça marche : Cela nous permet de garder à l’esprit nos priorités et nous rappelle de nous en occuper. Autre bénéfice secondaire : cela apporte une vision positive de l’avenir et réduit le stress lié à la peur de ne pas y arriver. D’après le docteur en psychologie Daniel Goleman, plus nous avons une vision radieuse de l’avenir et plus nous avons de chances de réussir.


4/ La quatrième étape n’apparaît pas toujours dans les articles et tutos. Il s’agit de définir notre plan d’action. Cette 4e étape part du principe qu’il ne suffit pas de vouloir que quelque chose arrive pour que cela arrive. Un écueil du tableau de visualisation serait de croire qu’il suffit d’imaginer l’objectif pour qu’il soit atteint, et ainsi de délaisser les actions nécessaires. Je peux effectivement avoir comme objectif d’acquérir une maison, le simple fait d’en coller une photo ne me dispense pas de regarder les petites annonces, de prendre rendez-vous avec des agents immobiliers, puis avec mon banquier…

Pourquoi ça marche : Ce sont les sujets auxquels nous allouons du temps qui ont le plus de chance de se réaliser.


En conclusion, le tableau de visualisation est un outil efficace, qui peut se mettre à jour tout au long de l’année. Ne soyons pas trop restrictifs, et laissons-nous la possibilité d’être étonnés par des opportunités que nous n’avions même pas imaginées… Ainsi que l’a dit le réalisateur François Truffaut « La vie a beaucoup plus d’imagination que nous ! »


Et que penseriez-vous d’élargir cet outil de développement personnel à la sphère de l’entreprise, pourquoi pas un tableau de visualisation géant à réaliser en collectif ?


Sophie Miguet

Gérante de ValeurSens, entreprise dédiée à l'accompagnement de l'amélioration de la satisfaction au travail.

224 vues
ValeurSens

ValeurSens - 38110 MONTAGNIEU  –  Auvergne Rhône Alpes - Isère - 38 - Tel : 06 16 55 98 71 - Email : sophie.miguet@valeursens.com RCS Grenoble - SIRET 808 738 439 00013 -  Web : www.valeursens.com Organisme de formation, déclaration d’activité enregistrée sous le N° 82 38 06091 38

Formations présentiel et à distance (e-learning + classes virtuelles) : Leadership, Intelligence relationnelle, conduite du changement e-learning, gestion du stress, gestion du temps, gestion des conflits, RPS, entretiens professionnels et d'évaluation, A.I.C., QVT, Cohésion, Diagnostic de performance, Qualité, Kaizen-Blitz, Lean durable, Résolution de problèmes, AMDEC, Statistiques. 

Accompagnements : Mission, vision, valeurs, profils de personnalité, groupes de pratique CNV, accompagnement individuel, coaching d'équipe.