UA-151001126-1
top of page

La QVCT : ne sous-estimons pas les vertus de l’organisation !



En trois mois, l’ambiance de l’atelier a complètement changé :

  • Les opérateurs ne courent plus loin de leur poste de travail pour trouver les pièces dont ils ont besoin en s’énervant,

  • L’amoncellement d’encours de palettes en attente de pièces disponibles qui obstruent les allées piétonnes a disparu,

  • Chacun sait ce qu’il a à traiter et dans quel ordre s’y prendre,

  • Les personnes rentrent chez elles le cœur léger, avec la reconnaissance d’avoir fabriqué les quantités adéquates pour que les clients soient satisfaits

  • Les opérateurs savent qu’ils peuvent remonter leurs « irritants » (ce qui les empêche de faire un travail de qualité) et les sujets sont pris en compte, priorisés ce qui leur donne le sentiment de pouvoir influer sur leurs conditions de travail et les résultats.


Que s’est-il passé ?


Ont-ils suivi un coach en gestion du stress ? L’activité a-t-elle diminué ? Le nombre d’embauchés a-t-il augmenté ? Y a-t-il un nouveau chef ?


A toutes ces questions, la réponse est NON !


C’est simplement le résultat de quelques chantiers collaboratifs pour définir une organisation pleine de bon sens !


Bien entendu, toutes les méthodes de développement personnel sont un atout précieux pour aider à survivre dans le monde du travail, néanmoins il ne faut se méprendre, ajouter un vernis d’humanité sans se préoccuper du cœur du réacteur, est un leurre ! Ce qui est également décisif c’est d’aborder le travail en tant que tel et son organisation. Quelles sont les pratiques qui vont permettre d’être efficace dans son travail, en sécurité, de ne pas avoir une charge ingérable, de pouvoir améliorer petit à petit le quotidien ?


Là sont les vrais enjeux de la qualité de vie et des conditions de travail (QVCT).




Parmi les réponses, il s’agit notamment :

  • de partager et d’analyser l’existant, le vécu de chacun,

  • puis d’optimiser les flux, d’organiser l’espace, de le rendre clair, agréable, sécure,

  • il s’agit de mettre en œuvre des rituels afin de partager les objectifs, de prioriser les actions, se mettre en ordre de marche…

  • d’avoir une instance pour remonter les problèmes et organiser des retours d’expérience de manière systématique pour s’améliorer.

  • Il s’agit aussi de travailler de manière coopérative sur la résolution des plus gros problèmes, ceux qui peuvent faire progresser la qualité ou les conditions de travail…


Chez ValeurSens, nous pensons que la satisfaction au travail, passe à la fois par une organisation bien rodée (pour bénéficier d’un environnement sain et agréable et créer les instances utiles au travail coopératif) et également par l’acquisition des compétences propices à développer l’esprit d’équipe, à savoir l’intelligence émotionnelle (avec entre autres une bonne connaissance de soi, la régulation des émotions, l’empathie et la communication constructive…). En d’autres termes, les compétences « douces » ont besoin d’une structure pour s’ancrer, et les méthodes d’organisation ont besoin d’une fluidité relationnelle pour être intégrées.




Sophie MIGUET

Formatrice-Conseil chez ValeurSens, entreprise dédiée à l'amélioration de la satisfaction au travail.



128 vues0 commentaire

Comments


bottom of page